La ville de Bastia suitée en Corse se trouve au beau milieu d'une polémique concernant l'implantation des centrales au fioul lourd. Les habitants appréhendent beaucoup ce nouvel aménagement qui aura lieu sous peu.

Ce qui pause problème est le fait que l'établissement des centrales, en théorie, au fioul lourd se fera à proximité des lieux habités. Conséquemment, ce développement a poussé les médecins à tirer la sonnette d'alarme. Tout savoir sur les mutuelles.

Les centrales au fioul lourd ne font que donner lieu à plus ample de débat et le fioul lourd se retrouve être le sujet de tous les désaccords et démêlés. Agissant en partenariat avec le collectif « Non au fioul lourd » hier un groupe de onze médecins s'est rencontré à Bastia afin de se consulter et de faire un constat. Le but derrière cette rencontre est de se consulter entre confrère pour ensuite prévenir les élus sur les dangers associés à la pollution.

Une famille qui réside tout près de la centrale de Lucciana révèle que des nuisances sonores deviennent de plus en plus fréquentes et que les membres de la famille ont tendance à développer des allergies répétitives. Faites un devis mutuelle en ligne.

Alain Perquis, pneumologue qui exerce en libéral à Bastia, donne l'alarme. Les probabilités de développer des allergies de manière répétitive voire des maladies plus graves deviennent de plus en plus élevées. Ainsi, les onze médecins qui se sont rejoints, apportent leur savoir scientifique ainsi que leur appui au collectif "Non au fioul lourd!" pour que l'état "replace la santé publique au coeur de ses décisions".

12% de la population issue du département du Rhône souffre des allergies provoquées par l'ambroisie qui se trouve sur les chantiers et terrains en friche ou encore les terres qui sont en processus d'aménagement. Comment l'identifier ? Comment procéder à son éradication ?

L'ambroisie constitue un véritable danger qui est souvent là mais qui demeure mal identifié. Elle fait son apparition au printemps et se disperse à l'arrivée de l'automne. A la floraison, qui a lieu normalement en juillet-août, ses fleurs deviennent nuisibles à la santé. Le pollen qu'elles libèrent incite les rhinites, les conjonctivites et plusieurs allergies. Tout savoir sur les mutuelles.

La lumière de soleil ainsi qu'un déplacement de terre (chantiers, terres cultivables, terrains en friche) sont deux conditions propices à son développement... Michel Nuez qui travaille à la direction des routes au Département explique que « la plante n'a pas vraiment besoin de terre pour pousser. Elle peut pousser sur du béton ou du gravier... ce qui est son point fort. Mais c'est également son point faible, et c'est sur ça qu'on agit, en plantant du gazon, de façon à ce que le sol soit occupé. On peut employer des techniques plus drastiques, en plantant des arbustes assez rapprochés qui feront de l'ombre à la plante et l'empêcheront de pousser en la privant de soleil. Il faut savoir qu'un plant d'ambroisie fournit 3 700 plants, et que 3% de ces plants seront viables durant 30 ans. »

La propagation a lieu rapidement

L'épandage a lieu rapidement à travers les mixtures des fleurs qui se situent au bord des allées et à travers la semence des graines de tournesol dans les champs. A noter que l'on confond souvent l'ambroisie avec l'armoise. Le seul moyen des les différencier est de les sentir, le parfum de l'armoise est agréable tandis que l'ambroisie n'en a pas.

Le Rhône entame une lutte contre l'ambroisie

Depuis une décennie, le département du Rhône est recensé comme étant le plus envahi par l'ambroisie et il est devenu initiateur du combat contre l'ambroisie. Ce combat s'est assimilé au Grenelle 2 de l'environnement. Les actions de fauchages et d'arrachage doivent se tenir jusqu'au 10 août suite aux déploiements du Conseil général.

Toutefois, cette lutte ne se limite pas à des terrains et espaces publics car, la préfecture a mise sur pieds une campagne de sensibilisation pour l'arrachage sur les terrains privés. Les possédants ainsi que les locataires se retrouvent dans l'obligation d'empêcher que ces plants poussent sur leur lopin de terre depuis juillet 2000. Qui plus est, deux référents ambroisie exercent dans chaque commune et sont au service des habitants. On compte plus de 500 référents dans le Rhône. Faites un devis mutuelle en ligne.

L'utilisation des produits chimiques

En parallèle avec les campagnes d'arrachage, un travail plus approfondi a lieu avec la collaboration de l'INRA dans le but de prévenir les poussées. La plante a une capacité de résistance de 10 ans dans le sol sans procéder à une germination et les herbicides sont présentement livrés à des tests afin de faciliter l'exercice d'éradication.

Toutefois, si le problème semble maitrisable dans le Rhône, l'ambroisie se propage en France, part vers la Bretagne, s'immisce en Europe, en particulier à l'Est.

Le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie a tout récemment publié une étude sur "Conditions de vie et aspirations ». Cette enquête révèle que, durant ces 30 dernières années, le nombre de Français qui, concèdent être obligés de s'infliger des limitations budgétaires en matière des soins médicaux, est passé de 3% à 13%.

Pour mener cette étude le Crédoc a procédé à un échantillonnage représentant 2.000 adultes afin de les interroger. Les concepteurs de cette enquête ont noté qu'à compté de 2005, la tendance a connu une forte recrudescence en soulignant une augmentation plus flagrante en 2008. Ainsi, la proportion des personnes qui restreignent leur recours aux soins médicaux a franchi les 9% pour aller vers les 13% de 2007 à 2008, ensuite le chiffre s'est stabilisé durant 2008 et 2010. Tout savoir sur les mutuelles.

Parmi les réformes majeures qui ont été lancées durant cet intervalle, les enquêteurs porte une attention spéciale à la loi d'août 2004 concernant l'Assurance maladie, qui a mis sur pied le médecin traitant et le parcours de soins coordonnés qui sont devenus opérationnels le 1er janvier 2006. Ces changements ont eu comme conséquences de pousser les couches sociales les plus modestes, à se restreindre trois fois plus que ceux qui appartiennent aux catégories plus aisées ; qui plus est, en 2010, 18% des foyers qui ont un budget moins de 900 euros mensuellement sont touchés par ce phénomène, contrairement à 5% pour les foyers qui disposent de 3100 euros mensuellement. Faites un devis mutuelle en ligne.

D'après le Crédoc, le "sentiment que l'on est mieux soigné lorsqu'on a des relations et de l'argent" s'est enraciné parmi les Français. "L'impression de vivre dans un système de soins à deux vitesses, qui était auparavant surtout perceptible chez les Parisiens, s'est progressivement répandue sur l'ensemble du territoire", font-ressortir les auteurs. De 1980 à 2010, le nombre de personne qui pense que l'on est "mieux soigné lorsqu'on est aisé" a franchi le cape de 52 % pour aboutir à 66 % en milieu rural ; tandis que, du côté des Franciliens, elle plafonne les 73 %. La "crainte de développer une maladie grave" rajoutée au chômage, devient le principal "sujet de préoccupation" des personnes sondées. Les résultats énoncés apportent la confirmation à ceux qui ont été publiés par l'Institut de recherche et documentation en économie de la santé en 2008. L'Irdes conclut que, 14 % de la population française était obligée de faire l'impasse sur les soins en 2006 pour raisons budgétaires.

Vous êtes en partance pour une destination exotique... Avez-vous songé à vous faire vacciner contre l'hépatite A ? Mieux vaut prévenir que guérir car, ces jours ci les centres de vaccination font face à des problèmes concernant l'approvisionnement. Ce souci tient ses sources d'une grève qui a eu lieu au sein d'un laboratoire pharmaceutique, mais heureusement la pénurie a pris fin.

A ce jour, cette grève est demeurée silencieuse, voire imperceptible pour la population. Etant donné que ce lapse de temps est idéal pour les voyages vers des lieux exotiques, cette manifestation aurait pu créer des problèmes et provoquer des complications importantes pour ceux qui voyagent. Toutefois, le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK) rassure en déclarant qu'il y aura un retour à la normale "au plus tard à la fin de cette semaine". Tout savoir sur les mutuelles.

La source du problème se situe au niveau de la provision pour les vaccins contre l'hépatite A. L'approvisionnement est devenu de plus en plus compliqué pour les centres de vaccination et les pharmaciens depuis quelques semaines. Étant donné que, Sanofi Pasteur MSD a arrêté de fournir les vaccins Avaxim et Tyavax "suite à des difficultés de production", la quasi-totalité du marché français du vaccin se fie, maintenant au laboratoire GSK, et à son vaccin nommé Havrix. Toutefois, une mobilisation sociale d'une durée de trois semaines au sein de son centre de distribution d'Evreux a créé des problèmes pour GSK qui a du mal à fournir le vaccin.

Vous devez vous faire vacciner 15 jours avant votre départ

Jean-Yves Lecoq, directeur de la communication au sein du laboratoire a annoncé que, le centre d'Evreux "a repris son activité le 19 juillet et on fait en sorte de réapprovisionner le marché le plus rapidement possible". Toutefois quelques jours son nécessaires pour remettre tout en place. "Pendant toute la grève on a mis en place une cellule d'urgence pour répondre aux demandes urgentes de médicaments", ajoute Jean-Yves Lecoq. Faites un devis mutuelle en ligne.

L'Institut Pasteur a relevé qu'annuellement plus de 10 millions de cas d'hépatite A sont comptés dans le monde. Le vaccin est fortement conseillé pour les adultes qui ont un système immunitaire assez défaillant et pour les enfants âgés de plus d'un an qui partent dans un payas où la salubrité est incertaine. Vous devez vous faire vacciner au moins 15 jours avant votre départ, et refaire l'exercice 6 à 12 mois plus tard. Selon le Dr Alain Fisch, directeur du Centre des vaccinations internationales (CVI) de l'hôpital de Villeneuve-Saint-Georges il serait "illusoire, ou tout au moins bien peu utile, de miser sur les précautions alimentaires pour prévenir l'hépatite A". Si jamais vous éprouvez des difficultés à accéder au vaccin, le docteur vous recommande de consulter les CVI (liste sur www.sante-voyage.com, dont il est le rédacteur/directeur).

Lors d'une visite à Bordeaux, plus précisément au CHU, le 22 juillet dernier la ministre de la santé Roselyne Bachelot a communiqué qu'à compté de décembre un premier prototype national du Dossier médicale (DMP) sera enclenché. Chaque adhérent pourra, sous peu, accéder à ses informations de santé par le biais d'un dispositif électronique. Le point le plus culminant de sa visite à Bordeaux est le fait d'avoir conclu le premier "contrat performance" qui lie un CHU, une Agence Régionale de Santé et l'Agence nationale d'appui à la performance des établissements de soins. Tout savoir sur les mutuelles.

"Les patients vont disposer d'un accès direct à leur DMP via l'internet dès décembre. L'accès sera déployé progressivement en 2011", a affirmé, Roselyne Bachelot, durant son déplacement à Bordeaux. Le dispositif du DMP a déjà été testé dans beaucoup de régions et on a vu la création de plus d'un million de DMP. C'est la concrétisation du projet qui fut lancé en 2004 et qui aurait dû entrer en opération dès 2007. Suite à son instauration comme ministre en 2007, Roselyne Bachelot avait pris engagement de ré initier le dit dossier promptement. Les groupements de patients ainsi que les professionnels de la santé avaient émis de réserves concernant le niveau de confidentialité des informations contenues dans le DMP. D'après la ministre, maintenant, "les conditions techniques nécessaires au DMP sont réunies, à travers notamment la publication d'un premier cadre d'interopérabilité pour l'ensemble des systèmes d'information de santé, la définition d'un identifiant national de santé et la mise en œuvre des dispositions relatives à l'agrément des hébergeurs".

Premier « contrat performance » conclu par le CHU de Bordeaux

Qui plus est, elle a également signé le premier "contrat performance" à Bordeaux qui associe un CHU, une Agence Régionale de Santé et l'Agence nationale d'appui à la performance des établissements de soins. Par le biais de cet accord, le CHU installé à Bordeaux prend l'engagement d'améliorer la façon de gérer ses blocs opératoires ainsi que ses lits, et de diminuer les heures d'attentes aux urgences.

De ce fait, 80% des patients devront être examinés dans les 4 heures qui suivent leur entrée aux urgences et l'attente pour un rendez-vous avec le professionnel de santé devrait se limiter à un mois. L'un des buts du dit contrat est d'offrir un taux minimum de 80% de satisfaction aux patients. . "Comme nous l'avons fait pour la lutte contre les infections nosocomiales ou contre la douleur, il s'agit de créer une émulation, une démarche vertueuse", énumère la ministre. Cinquante établissements participeront à cette étape d'ici la fin de décembre 2010. Roselyne Bachelot a été accueille par un groupe de trente infirmiers anesthésistes CGT, qui craignent que la valeur accordée à leur profession soit amoindrie. Faites un devis mutuelle en ligne.

En fin d'après-midi elle a accueilli une délégation. "Je leur ai redis ma volonté de voir reconnaître leur diplôme au niveau master. Le processus de masterisation est en cours, en collaboration avec le ministre de la Recherche et de l'enseignement supérieur. J'ai repris l'engagement formel d'obtenir la validation (de la formation au niveau master, ndlr) avant fin 2010", a-t-elle explicité. Dans la même foulée Bordeaux gravit les échelons en vue d'une 'performance » meilleure des CHU français afin de diminuer les heures d'attentes une fois que le patient soit admis aux urgences.

Nos Produits Devis Mutuelle / Assurance Complémentaire Santé